Prendre rendez-vous en ligneDoctolib

Corona virus : sortir de la théorie « les gens sont cons »

 

Mars 2020

La vidéo :

Le texte :

            Avec l’épidémie de Corona virus, la nouvelle se répandait que les ventes de la bière Corona chutaient significativement. C’était effectivement le cas, et cela permettait à beaucoup de dire que ce comportement était stupide, que cela montrait bien que « les gens étaient con » . On attribuait cette baisse à une peur liée uniquement à l’orthographe similaire de la marque de bière. L’hypothèque immédiate était que les gens furent si ignorant, qu’ils pensèrent que la bière avait quelque chose à voir avec le Corona virus. Or, faire reposer une analyse sur la théorie « les gens sont cons« , c’est toujours s’offrir un postulat permettant d’éviter de pousser la réflexion.

Si l’on se débarrasse de l’hypothèse « les gens sont cons« , on laisse au contraire la place à d’autres hypothèses. Par exemple, il était possible de faire l’hypothèse que les ventes de produits industriels dans la grande distribution sont fortement liées à leur marketing pour raconter une histoire et ainsi influencer les ventes. Or, la marque Corona utilise le marketing pour se façonner une image festive, de plage, d’été. Elle se raconte moins au travers d’une légende sur ses qualités intrinsèques par exemple, tandis qu’elle promet que son produit « fait de vous un roi« . Dans un contexte moins favorable, on peut penser que le marketing réussit moins à influencer les ventes, puisque la légende, la promesse inconsciente que tente de véhiculer le marketing de masse, nous parait moins faire partie d’une réalité à s’offrir. Peut-être qu’il en devient moins efficace. 

             Parce que la publicité tente d’influencer « inconsciemment », il est un juste retour des choses que le clients s’en détourne « inconsciemment », lorsque la réalité fait résonner ce mot à sa conscience.

La théorie des gens qui sont con éloignera toujours un peu de la réalité à décrire. Elle est à éviter, au même titre que les clichés.

            Autre exemple. Avant que ne soit annoncée une restriction de sortie et donc un confinement chez soi, on pouvait trouver de nombreuses personnes dans les parcs, malgré les prises de paroles du gouvernement indiquant qu’il serait sage d’éviter. Beaucoup préféraient alors expliquer que si la foule était encore dehors, c’était parce que « les gens sont cons« .  Pourtant, même sans approuver ce comportement, on aurait pu se libérer de la théorie systématique de la « connerie«  pour trouver une explication plus fouillée. On pouvait imaginer que les personnes ont appris à lire dans les prises de paroles de gouvernement avec distance, à les interpréter, à ne pas les entendre à la lettre. Sur les chaines d’information en continu, après qu’un ministre eut parlé en direct, personne ne se contente jamais de passer à l’information suivante ensuite. Non, une fois qu’il a fini, les présentateurs analysent son discours pendant l’heure d’après. Et les chroniques de décryptage du discours gouvernemental sont nombreuses. Preuve qu’on pense que le discours étatique se doit d’être ajusté. Certaines personnes ont donc peut-être fait un ajustement lors des mises en garde, en les minorants pour diverse raison. Faire l’hypothèse d’un déficit de confiance dans les discours de l’état ou des médias, et plus riche à creuser que la théorie d’une connerie dont chacun se pense toujours épargné.

Rémi Abida, Psychologue en présence à Paris 8e ou en ligne sur Discord.

Prise de rendez-vous sur Discord ( remiabida#6052 ) ou par mail remiabida@psyacp.fr

Autres sujets