Les entretiens d’embauche dans le secteur des technologies évaluent l’anxiété, pas les compétences en matière de logiciels

« Le stress a-t-il un impact sur les performances des entretiens techniques ? » est une étude de l’Université d’État de Caroline du Nord du 14 juillet 2020, qui sera présentée à la conférence européenne conjointe de l’ACM sur le génie logiciel et au symposium sur les fondements du génie logiciel, qui se tiendra virtuellement du 8 au 13 novembre 2020. L’étude a été co-écrite par Shivani Shirolkar et Titus Barik.

Une nouvelle étude révèle que les entretiens techniques actuellement utilisés lors de l’embauche pour de nombreux postes de génie logiciel permettent de vérifier si un candidat à un poste est anxieux quant à ses performances, plutôt que de savoir s’il est compétent en matière de codage.
Ces entretiens peuvent donc nuire à la capacité de l’industrie à trouver et à engager des ingénieurs en logiciels qualifiés. L’étude suggère qu’un grand nombre de candidats à des postes bien qualifiés sont éliminés parce qu’ils ne sont pas habitués à travailler sur un tableau blanc devant un public.

psychologie entretien d'embauche

Les entretiens techniques dans le secteur du génie logiciel prennent généralement la forme d’un problème à résoudre pour le candidat, puis d’une solution codée qu’il doit écrire sur un tableau blanc, expliquant chaque étape du processus à un interviewer.

Des recherches antérieures ont montré que de nombreux développeurs dans le secteur du génie logiciel estimaient que le processus d’entretien technique était profondément défectueux. Les chercheurs ont donc décidé de mener une étude visant à évaluer l’effet du processus d’entretien sur les aspirants ingénieurs en logiciel.

Pour cette étude, les chercheurs ont mené des entretiens techniques auprès de 48 étudiants en informatique de premier et deuxième cycles. La moitié des participants à l’étude ont été soumis à un entretien technique sous le regard d’un intervieweur. L’autre moitié des participants ont été invités à résoudre leur problème dans une salle privée. Les entretiens privés n’exigeaient pas que les participants à l’étude expliquent leurs solutions à voix haute, et n’avaient pas d’intervieweur regardant par-dessus leur épaule.

Les chercheurs ont mesuré la performance de chaque participant à l’entretien, c’est à dire si le code qu’ils avaient écrit fonctionnerait, et son niveau d’optimisation selon la quantité de ressources informatiques nécessaires pour le faire fonctionner.

Les personnes qui ont passé l’entretien traditionnel ont obtenu des résultats deux fois moins bons que les personnes qui ont pu s’entretenir en privé. Les résultats suggèrent que les entreprises passent à côté de très bons programmeurs parce que ces derniers ne sont pas doués pour écrire sur un tableau blanc et expliquer leur travail à voix haute pendant le codage.

De plus, la nature spécifique du processus d’entretien technique signifie que de nombreux candidats essaient de passer des semaines à se former spécifiquement pour l’entretien technique, plutôt que pour le travail qu’ils feraient réellement.

D’après l’étude, cette technique d’entretien basé sur la résolution d’un problème en temps réel et sous supervision pose également un problème d’inclusivité des candidats que cela met en avant.