Prendre rendez-vous en ligneDoctolib

Définition

Colère

La colère est l’une des émotions humaines fondamentales, aussi élémentaire que le bonheur, la tristesse, l’anxiété ou le dégoût. Ces émotions sont liées à la survie et ont été affinées au cours de l’histoire de l’humanité.
La colère est liée à la réaction de « combat, fuite ou congélation » du système nerveux sympathique ; elle prépare les humains à se battre. Mais se battre ne signifie pas nécessairement donner des coups de poing. Elle peut motiver les communautés à combattre l’injustice en modifiant les lois ou en appliquant de nouvelles normes.
Bien sûr, une colère trop facilement ou fréquemment mobilisée peut miner les relations ou nuire à la santé physique à long terme. La libération prolongée des hormones de stress qui accompagnent la colère peut détruire les neurones dans les zones du cerveau associées au jugement et à la mémoire à court terme, et affaiblir le système immunitaire.
Pour les personnes qui luttent contre la colère chronique, ou pour celles qui ne connaissent que des explosions occasionnelles, l’apprentissage de compétences permettant d’identifier et de gérer cette émotion puissante peut conduire au changement.

colère psychologie

L’expérience de la colère

Tout le monde connaît ce sentiment. C’est cette rage qui monte lorsqu’un conducteur se fait couper la route sur l’autoroute ou qu’un employé est rabaissé par son patron. Les gens ont du mal à gérer leur colère et d’autres émotions négatives. Cependant, libérer la colère ne produit pas le sentiment de catharsis que les gens recherchent – elle a plutôt tendance à se nourrir d’elle-même. Le meilleur moyen de progresser est peut-être de comprendre la colère – ses racines, ses déclencheurs, ses conséquences – et de cultiver la capacité à la gérer.

Existe-t-il différents types de colère ?
La colère est une émotion fondamentale, mais elle peut se manifester différemment en fonction de sa source. La colère justifiable est une indignation morale face aux injustices du monde, comme l’oppression des droits de l’homme ou une relation abusive. La colère justifiable peut avoir des effets bénéfiques à court terme, car son intensité peut être canalisée vers une action de changement.
La colère d’agacement peut découler des nombreuses frustrations de la vie quotidienne. La colère agressive est utilisée dans des situations où un individu tente d’exercer sa domination, son intimidation, sa manipulation ou son contrôle sur un autre. Les crises de colère sont des explosions de colère disproportionnées lorsqu’un individu ne satisfait pas ses désirs et ses besoins, même s’ils sont déraisonnables et inappropriés.

définition psychologie

Comment gérer la colère

La colère, comme toutes les émotions, doit être contrôlée par la conscience de soi. Cela peut l’empêcher de se transformer en un comportement hostile, agressif ou violent envers les autres ou envers soi-même.

Les groupes de soutien pour la gestion de la colère peuvent aider les personnes à comprendre la colère, à identifier ses déclencheurs et à développer des compétences pour gérer leurs émotions. En groupe ou individuellement, la restructuration cognitive peut aider les patients à recadrer des pensées malsaines et incendiaires.

En dehors de la thérapie, des techniques allant de la respiration profonde à l’étiquetage des émotions en passant par l’adoption d’un état d’esprit axé sur la résolution des problèmes peuvent aider les gens à apprendre à gérer leur colère par eux-mêmes.

Comment puis-je gérer ma colère ?

Si vous êtes souvent emporté par la colère, il peut être utile de comprendre les schémas qui vous déclenchent. Il est possible d’intervenir à différents moments du parcours pour gérer efficacement la colère.

  1. Le sommeil : La privation de sommeil rend plus difficile le contrôle des impulsions de colère ; un sommeil régulier et sain peut donc vous éviter d’être provoqué.
  1. Envisagez d’autres interprétations : Demandez-vous quelles sont les preuves dont vous disposez pour étayer votre interprétation de la colère. Envisagez différentes perspectives.
  1. Respirez profondément : Prenez des respirations longues, lentes et profondes, en utilisant le diaphragme plutôt que la poitrine.
  1. Évitez le « mythe de la catharsis » : Exprimer sa colère, agir avec agressivité et regarder des contenus agressifs n’a pas tendance à libérer efficacement la colère.
  1. Sachez qu’il est normal d’être en colère : Si vous avez été lésé, traité injustement ou provoqué, vous devez vous mettre en colère, mais l’exprimer de manière assertive plutôt qu’agressive.

Conditions de santé mentale et colère

Bien qu’il n’existe pas officiellement de « trouble de la colère », la colère et l’agressivité dysfonctionnelles peuvent être un symptôme du trouble explosif intermittent, du trouble oppositionnel avec provocation, du trouble des conduites et du trouble de la personnalité limite. Elles peuvent également jouer un rôle dans les épisodes maniaques, le TDAH et le narcissisme.

La colère n’a pas besoin d’un diagnostic formel pour être perturbatrice ou pour bénéficier d’une aide à sa gestion.